le logo du site

Commandes de R.

Liste alphabétique des commandes de R.

kernel= :
C’est une option de la commande density qui définit le noyau pour l’estimation d’une densité par la méthode des noyaux.


Commandes et procédures relatives aux lois du Khi-deux.

dchisq(\(x\), df=\(n\), ncp=\(\delta\), log=),
pchisq(\(x\), df=\(n\), ncp=\(\delta\), lower.tail=, log.p=),
qchisq(\(p\), df=\(n\), ncp=\(\delta\), lower.tail=, log.p=),
rchisq(\(m\), df=\(n\), ncp=\(\delta\)="commandeR">):
Soit \(X\) une v.a. suivant une loi du Khi-deux \(\chi^2_n(\delta)\). Les commandes précédentes donnent successivement \(f_X(x)\) ou son logarithme si log=TRUE, \(P(X \leq x)\) si lower.tail=TRUE ou son logarithme si log.p=TRUE, le quantile d’ordre \(p\) si lower.tail=TRUE ou son logarithme si log.p=TRUE et une simulation d’un \(m\)-échantillon de \(X\). Les options df=, ncp= doivent être utilisées pour indiquer respectivement les degrés de liberté \(n\) et le paramètre d’excentricité \(\delta\).

Les commandes suivantes permettent de créer le graphique Fig. 1 les densités de plusieurs lois du Khi-deux : \({\cal L}(X)=\chi_3^2\), \({\cal L}(X)=\chi_3^2(1,5)\) et \({\cal L}(X)=\chi_5^2\).
plot( function(x) dchisq(x,df=3,ncp=0), 0, 7, xlab="x", ylab="y",
main="Fig. 1. Densités du Khi-deux.", col="blue");
curve( dchisq(x,df=3,ncp=1.5), add=TRUE, col="red");
curve( dchisq(x,df=5,ncp=0), add=TRUE, col="green4");
legend(x="topright",y=NULL,legend= c("n=3, delta=0","n=3, delta=1,5","n=5, delta=0"),
text.col= c("blue","red","green4"));

KhideuxInterPred(Deglib, Seuil) :
où Deglib est le degré de liberté de la loi du Khi-deux étudiée et Seuil le seuil de signification de l’intervalle de prédiction. Si le degré est inférieur à 2, la première borne est nulle ; sinon la procédure détermine itérativement des bornes pour lesquelles la valeur de la densité est égale (l’initialisation se fait en considérant des bornes telles que les probabilités à gauche et à droite de l’intervalle soient égales à Seuil/2. Cette procédure utilise les commandes abs, dchisq, pchisq, qchisq et max.

chisq.test(x, y, correct = TRUE, p =, rescale.p = FALSE, simulate.p.value = FALSE, B =) :
cette commade permet de réaliser le test du khi-deux d’adéquation ou d’indépendance. L’objet x est un vecteur ou une matrice ; l’objet y est un vecteur (il est ignoré si x est une matrice) ; l’option correct = TRUE (resp. FALSE) permet (resp. ne permet pas) une correction de continuité dans le cadre d’un tableau 2x2 ; l’option p = est utilisée pour donner un vecteur de probabilités de même longueur que x dans le cadre d’un test d’adéquation ; l’option rescale.p=TRUE renormalise, le cas échéant, les composantes du vecteur p pour avoir une somme égale à 1 ; l’option simulate.p.value=TRUE permet, en cas d’absence de p, d’estimer les probabilités théoriques par des simulations de type Monte Carlo ; l’option B = indique, avec un nombre entier, le nombre simulation à faire. Lorsqu’un objet est créé avec cette commande, celui-ci contient les sous-objets suivants : nomobjet$statistic contient la réalisation de la statistqiue du khi-deux d’adéquation ; nomobjet$parameter les degrés de liberté de celle-ci (ou NA si elle a été calculé par simulation) ; nomobjet$p.value la p-valeur du test ; nomobjet$data.name le nom de l’objet contenant les données ; nomobjet$observed celui contenant les effectifs observés ; nomobjet$expected celui contenant les effectifs théoriques sous l’hypothèse \({\cal HY}_0\) et nomobjet$residuals celui contenant les résidus de Pearson.


Kolmogorov(s):
où x est un nombre. Cette procédure calcule la valeur de la fonction de Kolmogorov au point s.

kurtosis(x) :
x est un vecteur ou autre objet. Cette commande, contenue dans la bibliothèque de programmes agricolae permet de calculer le coefficient d’aplatissement corrigé des données contenues dans x.

Haut de la page.